17/02/2007

Amis de la blogosphère.

Je n'en avais pas mesuré l'importance. Ben, ça y est, bingo. Et hier, en particulier. Merci, quoi, merci, chais pas quoi dire d'autre.

02:53 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Et alleeeez, la loi des séries, allons-yyy !

J'apprends aujourd'hui qu'une de mes rares amies qui soit plus âgée que moi a eu une rupture d'anévrisme et est dans le coma !!! J'ai appelé son G et je suis tombé sur sa fille. Le corps médical est plus que pessimiste, sa fille continue de vouloir y croire. Moi aussi, j'ai envie d'y croire, mais pfff, chuis un indécrottable sceptique.

 

Mert', pas elle quoi, pfff...

 

PS: Luce, va te faire foutre, tu veux ?

00:24 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12/02/2007

Je vous explique.

zoom_bureau-direction-appelParmi toutes les tuiles qui me sont tombées dessus la semaine passée, la pire est certainement l'annonce de ma plus que probable mutation. Oui, oui, je sais !!! "te plains pas, t'as un boulot, toi, au moins !". C'est ce que je n'ai cessé de me répéter pendant les quinze premières années de ma vie professionnelle (je travaille dans une administration communale que je ne citerai pas : pas envie d'avoir des emmerdes à cause de mon blog, ce serait le pompon et ça s'est déjà vu). Pendant ces quinze ans, le boulot et l'atmosphère de travail étaient absolument merdiques. Un jour, j'ai appris incidemment qu'un employé communal pouvait être "détaché" dans un cabinet ministériel et des élections législatives venaient justement d'avoir lieu. J'ai postulé chez un cabinet (je ne dirai pas lequel non plus) et ça a marché, j'ai été engagé. Le boulot que j'y avais était autrement plus intéressant. Quatre ans ont passé et je suis retourné à l'administration communale. Sauf que pour le poste merdique que j'avais avant, on ne m'avait pas attendu et on m'avait évidemment remplacé. J'ai donc été affecté ailleurs et je suis tombé sur le job le plus chouette que je n'aie jamais eu. Boulot intéressant, ambiance hyper-sympa. Mais le personnel de là où je suis comprend quelqu'un qui était aussi détaché dans un cabinet. Le mandat de la personnalité politique en question étant arrivé à son terme... il est revenu et ça nous fait donc une personne de trop par rapport au cadre. Et comme je suis le dernier arrivé, tu m'as compris tu m'as. Des tractations entre le politique et l'administratif sont en cours au moment où j'écris, je ne sais donc pas si, où et quand je serai muté. Et c'est peut-être bien cette attente qui est la plus insupportable. Ça m'apprendra à dire partout autour de moi que oui, le boulot, ça va, s'il y a une chose qui ne me pose pas de problèmes dans la vie, c'est bien mon boulot. J'aurais mieux fait de fermer ma grande gueule.

14:49 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

10/02/2007

Sorry, les gens...

Je rentre à peine d'hors-Gelbique et comme prévu, une tuile m'attendait (je ne savais pas d'où elle viendrait et comme d'habitude, elle est venue de là où je m'attendais le moins). Je n'en mesure pas encore l'ampleur. Je devrais en savoir plus demain et j'en dirai plus, si j'en ai envie.

22:07 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2007

Messieurs-Dames, à vos copicolles.

HE-Copy-PasteNovembre 2006, un journal titrait "le mois de novembre le plus chaud de l'histoire". Décembre 2006, un autre journal titrait "le mois de décembre le plus chaud de l'histoire". Ce mois-ci, bingo, ça vient de tomber, "le mois de janvier le plus chaud de l'histoire". DITES !!! Vous comptez nous le servir jusqu'en quelle année, votre copier-coller avec juste le nom du mois qui change ? Je crois qu'on a tous compris que la planète est limite foutue. Alors, plutôt que d'ânonner un chapelet de mois, si vous vous concentriez sur les efforts consentis (s'il y en a eu) ou sur d'autres modifications possibles de notre mode de vie (à nous et aux industries) contre ce putain de réchauffement ?

 

Un autre truc qui a le don de m'énerver, ce sont les titres qui commencent par "Faut-il avoir peur de... ?" ou, comme en ce moment, "Faut-il vraiment paniquer devant le réchauffement ?". Ouiiii, bien sûûûr, il faut avoir peur, il faut paniquer. Agir, non, surtout pas, mais avoir peur, oui !!! Ça, c'est utile, tiens ! 

18:29 Écrit par Wineblood dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/01/2007

Cymbalta II

cymbaltaCe n'est plus tenable. J'ai passé toute la semaine dernière à lutter jour et nuit contre des nausées de plus en plus violentes (alors qu'elles sont censées l'être de moins en moins). Hier matin, j'ai laissé un message sur le répondeur de mon psy pour lui dire que ce n'était plus possible, que pour l'heure, en tout cas, j'arrêtais. Sur quoi, après une ultime nausée, je me suis réécroulé sur mon lit (il devait être environ 11h du mat) et j'ai dormi non-stop jusqu'à ce matin. Soit on diminue les doses de moitié, soit on essaie une autre molécule, mais comme ça, je ne continue pas, désolé. Ce d'autant qu'il me l'avait prescrit pour que j'aie moins d'états nauséeux qu'avec le Cipramil ou Sipralexa et qu'il y ait moins (ou pas) d'effets négatifs sur la libido. Tu parles ! C'est exactement le contraire qui s'est produit. J'ai pourtant l'habitude de préférer la médecine "traditionnelle" (que ce soit en neurologie ou non) à toute pratique ou médecine dite "douce" (oui, puisqu'il est maintenant plus convenable de parler de quartiers "dits" sensibles, je parlerai donc désormais de médecine "dite" douce), mais si mon psy me fait comprendre que c'est Cymbalta 60 mg ou rien, eh bien, ce sera rien, j'essaierai de me démerder autrement. Un peu plus de marche à pied (aïe, ma tendinite !), luminothérapie, cure de sommeil, n'importe...

09:48 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

25/01/2007

Cymbalta

Non, c'est pas une percussion exotique, c'est un antidépresseur que je suis en train de tester, sur le conseil de mon psy actuel, le seul psy à ne pas commencer ses séances par le genre de truc qui te donne envie de te refermer comme une huître, comme "alors, vous en êtes où, question boisson ?". Pour rappel, la picole est une drogue certes légale, mais dure, au même titre que l'héro. Alors le genre "arrêtez de boire d'abord, on verra le reste après", non , merci !

 

Comme tout nouvel antidépresseur, ce truc m'a rendu malade le premier soir et semble bien décidé à gommer toute trace de libido pendant un bon laps de temps (ce qui quand on vit seul, est nettement plus supportable... quoique quand même !...).

 

En même temps, si ça peut m'éviter d'être au bord des larmes à l'audition des moindres harmonies un tant soit peu larmoyantes, pourquoi pas ? C'est que c'est crevant, et de se retenir, et de se laisser aller à chialer (en plus, quand on pleure jusque tard dans la nuit, bonjour la gueule de bois, le lendemain !)...

00:42 Écrit par Wineblood dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |