15/06/2007

Dernières nouvelles

Plus de nouvelles de C.B. J'ai bien compris qu'il était trop affaibli pour recevoir qui que ce soit et qu'il lui était difficile de parler (il crève de mal après avoir prononcé trois phrases). Aussi, pour le ménager, lui ai-je demandé des nouvelles par SMS. Il me répond par mail que là, il est trop fatigué, mais qu'il m'enverra un mail plus détaillé le lendemain. Le lendemain, pas de mail, le surlendemain non plus. Je l'ai relancé plusieurs fois, par mail ou SMS, en vain. Je veux bien être présent pour les malades et les affligés, encore faut-il que ceux-ci m'en donnent les moyens. Je sais qu'il a d'autres amis, mais je ne sais rien d'eux. Me voilà réduit à le relancer, de loin en loin, par écrit. Peux pas faire plus...

 

À part ça, week-end bifbof en perspective. Soirée d'anniversaire, demain soir (évidemment, demain soir, Wine, peu de soirées se déroulent le matin). Mais ce ne sera pas 5-10 personnes autour d'une table, non. Ce sera dans une SALLE DES FÊTES  ! Et y aura quoi, 40, 60 personnes ?...

 

J'AI HORREUR DE LA FOULE !

 

La jubilaire est une bonne copine, c'est vraiment pour elle que je le fais. C'est le type-même de soirée où personne ne parle à personne, trop de bruit, trop de monde, impossible d'avoir une conversation suivie de plus de 45 secondes. Alors, évidemment, à force de ne pouvoir parler (vraiment parler) à personne, on finit par s'emmerder. Et quand il s'emmerde et qu'il ne veut pas que ça se voie trop, il fait quoi, le Wineblood ? J'dois pas t'faire un dessin...

 

La copine a ceci de commun avec C.B. qu'elle souffre vite de la solitude. Moi, ma solitude, j'en ai besoin. Les personnes dans mon entourage qui aiment la solitude sont aussi rares que celles qui aiment le froid (même si j'en ai rencontrées récemment sur la blogosphère qui partagent mon amour du froid ou ma détestation de Phoebus et de la chaleur, c'est selon). Je n'ai quitté mes parents que pour aller vivre avec Madame Mon-Ex. Je suis donc passé des obligations scolaires et d'obéissance aux parents à celles qu'implique la vie de couple. Finalement, il n'y a que 5 ans que je sais ce que c'est d'être seul maître à bord. J'ai donc bien l'intention de rattrapper le temps perdu.

 

Vite dimanche et si possible dans un état acceptable...

14:41 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Ah, par contre moi j'aime bien le monde. A petite dose. Enfin, c'est plutôt l'inverse, j'aime pas être seule trop longtemps.

Écrit par : Mademoisaile | 15/06/2007

Ben tsé, j'ai été comme ça quand j'étais djeûne, mais avec Mme Mon-Ex, c'était sorties, sorties, sorties, n'importe quel concert, même chiant (ce qui était souvent le cas), c'était cinoche, même chiant (même remarque, surtout vers la fin), alors c'est à cause de ça, je crois, que ménant je suis devenu accro à la solitude. Note, ça va peut-être passer, hein, c'est très possible !

Écrit par : Wineblood | 15/06/2007

Chacun répond différemment
face à la maladie et la mort ... laisse lui le temps mais dis-lui aussi ce que tu ressens ... à la limite file-lui l'adresse de ton blog :-)

Écrit par : Stéphanie | 16/06/2007

Il la connaît, mais il fait un blocage avec les blogs. Il n'aime pas étaler sa vie au grand jour (c'est bien pour ça que je ne le nomme pas). Je lui ai pourtant bien dit qu'il pouvait parfaitement parcourir les blogs existants et que ça ne l'obligeait pas à ouvrir le sien, rien n'y fait... J'ai bien l'intention de lui laisser le temps, mais je dois rester vigilant : je n'aimerais pas apprendre sa mort par un potin de quartier. D'un autre côté, il SAIT que je suis là.

Écrit par : Wineblood | 16/06/2007

salut wine...Alors à j-1 tu te sens prèts à affronter la foule? C'est important les moments de solitude ca te permet de te retrouver seul avec toi même mais cest tout aussi important d'etre entouré meme dans un contexte bruyant sin on risque de vite devenir renfrogné...fin je dis ca je dis rien hein;D

Écrit par : shaka | 20/07/2007

Répondu par mail... si ça marche...

Écrit par : Wine | 21/07/2007

Ma vie n'est plus qu'un enfer perpétuel. Mais ce 16 juin 2007 et le 25 octobre 1981 resteront à jamais les deux plus beaux jours de ma putain de vie.

Écrit par : Wineblood | 02/10/2014

Le 16 juin 2007, j'ai revu quelqu'un d'exceptionnel. Je la connaissais, mais ce n'est que le 16 juin 2007 que j'ai réalisé à quel point elle était fabuleuse. Ce soir-là, nous vécûmes la soirée la plus romantique que je n'avais jamais imaginée. C'est resté platonique, mais c'était si beau, si pur, si merveilleux. Elle m'a fait marcher à un mètre du sol. Je ressens encore mes battements de cœur, tels que je les ai eus ce soir-là, rien qu'à les évoquer. Hélas, la vie nous a séparés. Ce qui déjà, fut douloureux. Mais le pire, c'est quand je l'ai retrouvée sur FB. Oh, sur ses photos, c'était bien elle, pas de doute (hélas !). Mais question mentalité, méconnaissable ! Elle est devenue méchante, mesquine, vindicative (pas spécialement contre moi, mais qu'est-ce que ça change ?). Je m'efforce de ne plus penser à elle. Elle ne veut plus entendre parler de moi, je n'existe plus pour elle, mais ce n'est pas le plus dur. Le plus douloureux est de voir quelles sont devenues ses priorités, dans la vie : dénigrer, critiquer, harceler tout le monde et n'importe qui sur le net (non, justement pas moi, encore une fois, mais ça change quoi ?), rameuter tous ses contacts pour en harceler un, en particulier (toujours pas moi, puisque je n'existe plus, pour elle, mais ça n'en est pas moins navrant). Elle est devenue l'exact contraire de ce qu'elle était en 2007. Et ce m'est insupportable, tant elle a compté dans ma vie.

Écrit par : Wineblood | 02/10/2014

Les commentaires sont fermés.