23/04/2006

David Bedford

Amusante, la façon dont je l'ai connu. La première fois que j'ai lu son nom, c'était sur la pochette du vinyl "The Orchestral Tubular Bells", qui n'est à mon avis pas vraiment une réussite. Par la suite, j'ai commandé la partition de "Tubular Bells" (que j'ai malheureusement paumée) sous forme de bel album avec une analyse musicologique de l'oeuvre, signée par le sieur Bedford. Puis, j'ai reçu de la doc de Virgin, du temps où cette compagnie était encore une toute petite maison de disques, quasi-marginale, sise tout au fond de Vernon Yard, une impasse attenante à Portobello Road, à Londres. Dans la doc figurait la référence à deux disques de Bedford, "Star's End", donc, et "The Rime of the Ancient Mariner". Comme à l'époque, je me rendais régulièrement à ce qui allait s'appeler par la suite la "Médiathèque de la Communauté française", au Passage 44, je suis tombé sur l'album "Star's End" et, déjà très branché musique planante allemande de l'époque, en voyant que la photo de couverture était signée Monique Froese, j'ai tout de suite pensé à l'Edgard du même nom (Edgard Froese étant, pour rappel, le fondateur de Tangerine Dream), me disant qu'avec une pochette pareille et publié par Virgin qui avait aussi publié le premier pressage de "Timewind" de Klaus Schulze, ce disque devait à n'en pas douter faire partie de "mon" univers musical. Surtout que, renseignements pris, Monique Froese est de la famille d'Edgard Froese (sa soeur, je crois). Ah ouiche !!! Tu parles !!!

 

Je découvris, à ma grande surprise, qu'on naviguait en pleine musique contemporaine orchestrale. Il se fait que quand la musique contemporaine est de la musique concrète (Schaeffer, Henry, Ferrari, etc. et même parfois Xenakis), ou électronique, ou électro-acoustique, j'adore, mais quand c'est orchestral, ou pire, vocal, je n'avale pas. Xenakis, justement, autant j'adore "Diamorphoses" ou "Orient-Occident", autant "Nuits", pour choeur a capella, je ne PEUX pas. Il n'empêche, pour en revenir à Bedford, j'étais déstabilisé par le fait qu'à l'orchestre symphonique vienne se surajouter, malgré la présence des percussions classiques, un batteur rock, et aussi Mike Oldfield himself à la guitare et à la basse (malgré la présence des contrebasses dans l'orchestre !).

 

Plus tard, je devais découvrir, toujours à la Médiathèque, en parcourant des compils de musique contemporaine, que Walter (aujourd'hui Wendy) Carlos et David Bedford avaient fait leurs débuts dans la musique contemporaine, sous des labels tels que Nonesuch ou Turnabout... Ma gueule, je vous dis pas...

 

Concernant Bedford, c'est d'autant plus étonnant qu'il a connu Mike Oldfield en étant devenu le claviériste du groupe "The Whole World" de Kevin Ayers, alors qu'Oldfield en était le bassiste. Donc, il a connu Oldfield dans un contexte rock, et le premier album qu'il produit avec Oldfield relève majoritairement de la zique contemporaine... Vraiment curieux ! Surtout que par la suite, Bedford devait abandonner de plus en plus le dodécaphonique. Son opus "Instructions for Angels" en est la preuve. Le morceau titulaire de cet album est d'ailleurs mirifique, il s'agit d'un duo : Oldfield à la guitare, Bedford aux grandes orgues !!! Rhâââ, pour moi qui ai été organiste (mais qui n'ai plus accès au moindre poste parce que primo, je n'ai pas de diplôme d'organiste et que deuxio, je ne suis plus chrétien), ça me fait vibrer, ce genre de compo !!!

 

Bon allez, ué, t'as raison, Stéphanie, je me calme !!!

 

N'empêche, je commence à apprécier "Star's End" (1974, quand même), mais si vous voulez découvrir Bedford, je vous conseille quand même "Instructions for Angels" - si tant est que vous parveniez à vous le procurer - et par la suite (mais seulement si vous avez mordu à  "Instructions..."), "The Rime of the Ancient Mariner. Encore quelques dissonnances dodécaphoniques (ben ué, c'est l'album qui a suivi directement "Star's End"), mais ce n'est déjà plus pour orchestre symphonique, c'est quasiment du tout-claviers, beaucoup d'orgues électriques, ben ué, les synthés étaient encore l'exception, et puis les parties tonales sont quand même carrément majoritaires !!!

 

Tämä oli (c'était) : mon avis sur David Bedford. Mwalà.

02:34 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

-- Amen ;-)

Écrit par : Stéphanie | 23/04/2006

Les commentaires sont fermés.