07/05/2005

Suomi

Oui, je ne vous ai pas dit, et je me rends compte que j'aurais dû, après le dernier commentaire que j'ai posté chez emi, histoire de ne pas être accusé de pédanterie. Chuis fana de la Finlande. Mais pas parce qu'elle est voisine de la Russie. Et pas pour les sports d'hiver (beuêrk !). D'ailleurs, presque pas pour la nature qui, il faut bien le dire, n'est pas très variée en Finlande : épicéas, bouleaux et épilobes ("horsma", en finnois). Les épilobes, c'est des espèces de grandes fleurs mauves, hautes sur pattes, qui sont à peu près les seules fleurs qu'on trouve dans les forêts finlandaises, entre deux lacs. Non, moi, chuis complètement fou-dingue d'Helsinki. Ne me demandez pas pourquoi, moi si rationnel d'habitude, il y a quelque chose d'indéfinissable entre cette ville et moi, les trois fois que j'y suis allé, j'ai eu comme une sensation de renaissance, de retour au ventre maternel.
 
Depuis tout petit, chuis fasciné par les langues étrangères. Mais quand j'étais gamin (ça n'a pas complètement cessé, d'ailleurs), j'adorais voir écrites soit des langues qui n'utilisaient pas notre alphabet, soit alors des langues qui en plus de notre alphabet utilisaient des lettres modifiées ou des lettres supplémentaires. Il se trouve que mon paternel a travaillé pour feu une firme suédoise d'informatique, Facit. Et donc, il ramenait des trucs écrits en suédois, danois, norvégien et finnois. Normalement, vu mon attirance pour les "caractères spéciaux", j'aurais dû, parmi les langues nordiques, être attiré par les trois langues scandinaves, suédois, danois et norvégien (Oui, le finnois n'est pas une langue scandinave, mais finno-ougrienne [prout, ma chère !]). C'est vrai, avec tout ces "ø" et ces "å", j'aurais dû, normalement...  . Eh ben non, je connaissais déjà les ä et les ö pour les avoir déjà vus dans des textes en allemand, et pourtant, c'est le finnois, qui n'avait comme originalité scripturale que ses "ä", ses "ö" et son nombre impressionnant de doubles lettres, qui m'a le plus fasciné. Cette fascination, c'est vrai, s'est endormie, pendant plusieurs années. Puis, de janvier à mars 1987, chuis allé au Brésil avec mon ex. Oui, elle a réussi à me faire mordre au portugais du Brésil, que je parle mieux que l'anglais, finalement. Et un jour, à Rio, à l'office du tourisme, cette chère Cleo Osorio nous a parlé d'une petite bourgade, dans l'état de Rio de Janeiro, appelée Penedo, qui abritait toute une colonie de Finlandais. Patatras, tout est revenu !!! Non seulement nous y sommes allés, mais à peine revenu du Brésil, j'achetais l'ouvrage "On Tie" d'Anna Kokko-Zalcman, ouvrage il est vrai beaucoup trop évolué pour un débutant, quoi qu'en dise l'auteur, mais bon, le virus était là. Puis, j'ai dévoré tout ce que je pouvais lire sur la Finlande en général et sur Helsinki en particulier. Jusqu'à ce qu'un pote français, rencontré au Brésil à Recife, nous appelle en annonçant qu'il était fiancé avec Anna-Karina, une Finlandaise !!! Mon ex dirait "y a pas de hasard !!!". Moi je dis que si, mais qu'il fait diablement bien les choses. Chuis qd même allé 3 fois en Finlande dont 2 où j'ai pu loger dans l'appart que les parents d'Anka avaient à Apolonkatu à Helsinki. Apolonkatu (rue Appollon), c'est à Töölö (prononcer "teeeuuuleu"), le quartier chic d'Helsinki... vous mesurez ? :o)
 
Bon, ben, l'Assimil "Le finnois sans peine", que j'attendais tellement, est sorti, je l'ai, et j'apprends, mais 'taaaaaiiiiiin, c'est duuuur !!! L'allemand, c'est rien, à côté, y a que 4 cas de déclinaisons, et qui ne s'appliquent qu'aux articles, en plus ! En finnois, y a pas d'article, pas de verbe "avoir" (qui est remplacé par "à moi est", ou "à toi est", etc.), la négation s'exprime par un verbe (pour dire "je ne suis pas", ce n'est pas le verbe être qu'on conjugue, c'est le "ne pas") et cerise sur le gâteau, il y a QUATORZE cas de déclinaisons. Et question exceptions, ça y va !!! Mais dès que je lis ou que j'entends du finnois, JE CRAAAQUE !!! :o)
 
En plus, leur mentalité, j'adore !!! Très réservés au début, mais quand ils voient qu'ils peuvent avoir confiance, alors là, s'ils peuvent t'aider pour quoi que ce soit, non seulement ils le font, mais ils ne te lâchent pas tant qu'ils ne sont pas SÛRS qu'ils t'ont bien aidé comme tu le voulais. Ces gens sont paisibles, rassurants, sécurisants, un vrai rêve !!!
 
Évidemment, et en tant qu'alcoolo, ça m'interpelle, il y a en Finlande, comme partout en Europe du Nord, un sérieux problème d'alcoolisme. Mais bon, ils peuvent parfois être tellement excessifs, quand ils s'y mettent, que ça aurait plutôt tendance à me décourager de picoler. Les Nordiques, quand ils boivent, ce n'est pas pour, comme moi, avoir leur dose, c'est pour être morts-bourrés. Il y a un film ricain de Jim Jarmusch "Night on Earth" qui illustre bien la chose. C'est un film qui se passe tjs dans un taxi. Deux fois aux States (dont une fois avec Winona Ryder), une fois à Paris (avec Isaac de Bancholé et Béatrice Dalle dans le rôle d'une aveugle), une fois à Rome (avec Roberto Beningni) et une fois à Helsinki (avec feu l'acteur fétiche des frères Kaurismaki, Matti Pellönpää, mort d'une cirrhose [l'eussiez-vous cru ?]). Eh bien dans la scène à Helsinki, le chauffeur, joué par Pellönpää doit prendre en charge 4 fêtards qui ne tiennent plus debout que parce qu'ils se tiennent mutuellement par les épaules. Et quand le chauffeur arrive et tape sur l'épaule de l'un d'eux, patatras, tout le groupe s'effondre. Et ça, beuêrk, jamais je ne voudrais en arriver là. Mais bon, je dois reconnaître que les ivrognes que j'ai pu croiser là-bas n'étaient jamais agressifs. Et encore une fois, de les voir aurait plutôt tendance à m'écarter de la picole.
 
Beaucoup boivent, paraît-il, à cause du manque d'ensoleillement. Ben justement, pour moi, le soleil est un mal nécessaire. On en a besoin pour vivre, pour la photosynthèse, pour fixer les vitamines, etc. Mais j'ai HORREUR d'être exposé directement à la lumière du soleil et j'ai HORREUR de la chaleur (oui, au Brésil, j'ai fameusement dégusté) ! Donc, je ne suis pas sûr que la nuit polaire me pèserait autant que ça, vraiment pas... En ce moment, je tapisse les murs de mon 2 pièces avec des photos d'Helsinki sous la neige, histoire de me donner du courage en vue de la canicule qui, à n'en pas douter, nous frappera encore cet été, y a pas de raison (la météo belge a été claire à ce sujet, ce sera tous les ans, maintenant)...
 
Bon, j'arrête ici, mais j'ai idée que c'est pas la dernière fois que je vous parle de la Finlande. Pidän suomen kieltä (j'aime le finnois). Mutta en puhu hyvä suomea koska sanastoni ei ole riittävä (mais je ne parle pas bien le finnois parce que mon vocabulaire est insuffisant). Voilà, me suis fait pléézir...

01:14 Écrit par Wineblood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

et pourquoi pas ???!!! la finlande....bin oui tient pkoi pas ????

je voulais passer de faire des bisoo...je peux ?

Écrit par : emi | 17/05/2005

un peu en stand-by ces derniers jours... mais je passais pour savoir si tu allais bien... ça a l'air ! tant mieux, plein de projets en têtes c'est une jolie manière d'avancer! et t'sé kwa??? j'adoooore Laurence Bibot ! merci! Et pour courage pour ton "assimil-ation"!!!! bisdoux!

Écrit par : nanou | 17/05/2005

Merciiii !!! Merci de prendre des nouvelles ! Merci, emi, d'avoir mis un lien vers ici dans ton blog ! Ben oui, pour les bisoo, évidemment ke tu peux !!!

Merci d'être passée, nanou, oui, pour l'instant, je traverse plutôt une bonne passe. Assimil-ation, oui, en effet. Naturalisation, je ne dirais pas non, en fait ! :o)

Écrit par : Wineblood | 17/05/2005

Suomalainen Valitettavasti en ole suomalainen (Je ne suis hélas pas finlandais)...

Écrit par : Wineblood | 20/05/2005

coucou Salut , voilà je suis tombé sur ton blog par hazard et la belle surprise , tu parle de la finlande ;) et oui faut que je l'avoue j'en suis raide dingue ;) mais helas j'y suis pas encre ete , mais j'y vais en novembre!
et voilà j'aimerais en savoir un peu + sur la Finlande , alors pourrais tu m'aider !!
bise a+++ "lintu"

Écrit par : céline | 13/08/2005

Les commentaires sont fermés.